Article " Collectionneur & Chineur " Sept 09

Publié le par Rigaud Sophie


Rencontre avec Paul Coulon, L’âme du musée vigneron


Au cœur des côtes du Rhône, dans une ancienne ferme provençale, Paul Coulon a installé les sept salles du musée du Vigneron. L’homme, héritier de sept générations de vignerons, a sa vie durant, poursuivi la conduite du domaine familial avant de transmettre le témoin à ses propres fils.

 

Transmission, témoignage, patrimoine et passion entrent ici en résonance.

« Mes ancêtres ont toujours conservé leurs outils, ce qui m’a permis de démarrer le musée », déclare Paul Coulon. Sa démarche de collectionneur fit le reste, entre troc, puces et antiquaires. Aujourd’hui, les milliers d’outils rassemblés constituent un ensemble évocateur du travail des hommes et des animaux à une époque où la culture de la vigne se faisait ; au fil des saisons, manuellement ou attelé. Les affiches publicitaires, étiquettes, cartes postales, compositions picturales… exposées là, célèbrent la vigne et le vin sous leurs aspects sociaux et artistiques. De grands panneaux didactiques composés avec soin par le maître des lieux, abordent la géologie, la météo, la biologie, l’agronomie, la technique mais aussi la gastronomie, la dégustation, l’humour et la chanson.

 

130 ans de vendanges !

 

Une fabuleuses « vinothèque » réunit un échantillonnage des productions du domaine depuis 1880 dans des bouteilles, certaines soufflées, de toutes contenances.

Au musée, le visiteur ému évalue la somme labeur, de savoir, de réflexion, d’opiniâtreté, de courage et de patience nécessaire à l’élaboration d’un cru.

A toutes ces vertus indispensables au vigneron, Paul Coulon n’a pas oublié d’ajouter une touche de légèreté, un zeste d’humour et une bonne dose de plaisir pour équilibrer l’assemblage. Une alchimie réussie qui donne son « âme » au musée et atteste en filigrane de l’humanisme du vigneron.

Ouvrage à commander directement en ligne sur le site de l'auteur www.beaurenard.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article