Dédicace de Peynaud

Publié le par Sophie Rigaud

DEDICACE DU PROFESSEUR EMILE PEYNAUD
EN HOMMAGE AUX VINS DE CHATEAUNEUF-DU-PAPE, EN GENERAL,
CEUX DU DOMAINE DE BEAURENARD, EN PARTICULIER.

 

 
" INVITE POUR LE MUSEE DU VIGNERON "

 

" Les racines de nos vignes s'enfoncent dans l'histoire des temps, comme elles s'enfouissent, profondes, entre les cailloux.

 

Chaque année, inlassablement, depuis les origines, les ceps renaissent du rude hiver et de la dure taille, fleurissent un beau jour de juin, et offrent au vigneron les raisins de vendémiaire.

 

Alors, bout le vin dans le cuveau, le vin nouveau est chaque année renouvelé, toujours le même et toujours divers, marqué du sceau de son millésime !

 

Le vin est le souvenir vivant de notre passé.

 

Il est dans la continuité, oeuvre d'art et d'artisan, et le poète, le sage, le savant l'ont toujours parrainé.

 

Une foule d’ouvriers d'élite se sont affairés autour de lui et pour lui, qui au vignoble de la houe ; qui de la pioche, de l'araire, de la serpe, de la hotte ; qui dans l'intimité de la cuverie de la fouloire, du pressoir, de l'ouillette, du cuir de soutirage ; qui dans la tonnellerie de l'asse, du chassoir, de la doloire, du jabloir.

 

Ce Musée du Vigneron est un hommage aux générations de cultivateurs de vignes, de laboureurs, de charretiers, de vendangeurs, d'ouvriers de cave, de tonneliers, et de bien d'autres, qui, geste après geste, saison après saison, vie après vie, ont fait du Châteauneuf-du-Pape le vin parfait qu'il est devenu. 

 

C'est ainsi que tout grand vin, façonné, bonifié, poli par l’œuvre du temps et la main de l'homme, est l'aboutissement logique d'une longue histoire d'amour et de travail.

 

Amis visiteurs du Musée du Vigneron, je voudrais vous avertir avant l'épreuve du caveau de dégustation :

 

Au-delà des ondes immédiates de plaisir qu'émettront pour vous les vins du Domaine de Beaurenard, et la première surprise du palais passée, cherchez dans le verre des vertus plus rares qui y ont été cachées au cours des âges, et sans lesquelles ces vins ne seraient pas aujourd'hui ce qu'ils sont, vous y reconnaîtrez alors beaucoup d'humanité, de patiente, de persévérance et de cœur. »

 

 

                                              Emile PEYNAUD 

      Juin 1985

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article